diumenge, 14 de juny de 2009

A la folie.

On se dit souvent que rendre fou est chose si étrange.
Je ne suis pas sûr.
J’aime trop jouer à la folie, ou sinon avec elle.
Nôtres conversationnes sont belles ; vous, ma folie, l’unique qui ne me quitte pas, ni me quittera jamais.
Moi, je le ferai non plus.
J’adore quand tu m’envahis et me fais serrer mon oreiller dans mes bras, et je l'embrasse, en pensant à lui.
L’imagination que tu me donnes me fait sentir celui qui est moi.
Vous êtes mon essence.

Merci, ma chère folie.

Suis-je fou ?